Les différentes phases de construction

En foncé : le chœur, antérieur à 1759.

En gris moyen : le corps de l'édifice, bâti en 1759.

En bleuté : la sacristie antérieur à 1759 et le clocher, bâti en 1759, supprimés en 1913.

En clair :la tour avec le clocher, une travée supplémentaire et la sacristie, bâties en 1913.

La teinte des briques et surtout la finition des moellons de soubassement témoignent des différentes phases de construction.
Patrimoine religieux

Chapelle Notre-Dame du Bon Secours

      La chapelle de Notre-Dame du Bon Secours
      ou chapelle Coubeau est érigée par un grognard
      de Napoléon, en remerciement d'être rentré
      sain et sauf de la guerre d 'Espagne. Elle se
      trouve rue Rouge à, Triau.








Chapelle du Mouyau ou Notre-Dame de le Miséricorde


                                                            En 1874, Mr Dawant fait érigé une chapelle pour
                                                            implorer la guérison d'une personne privée d'ouïe.
                                                            C'est pourquoi, elle est surnommée "chapelle du
                                                            Mouyau".
                                                            Un chronogramme gravé au dessus de la porte
                                                            confirme sa datation et attribue sa construction à
                                                            M Dawant.
                                                            Cette chapelle en l'honneur de Notre-Dame de
                                                            Miséricorde, d'ou son nom, est située rue du Moulin.





Chapelle Notre-Dame des Champs

L'abbé Lefrant d'Erbisoeul avait émis le vœu en 1914 d'ériger une chapelle, dédiée à Notre-Dame des Champs, si ses combattants revenaient tous de la guerre et si le village en sortait indemne. Il n'avait pas su mener  le projet à son terme. Il avait quitté la paroisse en 1916.

La section locale de la jeunesse agricole catholique féminine décida de réaliser ce vœu. Elle fut inaugurée le 29 août 1943. Une procession, au départ de l'église, amenait une statue
de Notre-Dame dans la chapelle.


















Elle se trouve rue d'Erbisoeul

Autres chapelles

  
                                   

D'autres photos sur le site
http://clochersdewallonie.be/


L'église
 
     


La paroisse d' Erbisoeul fut d'abord une annexe d'Erbaut puis de Jurbise. Elle dépendait du chapitre de Cambrai.

Le chemin qui relie les deux villages est d'ailleurs appelé "Voie des Curés". Le curé de Jurbise devait obligatoirement l'emprunter pour se rendre à Erbisoeul y célébrer le culte.

Un lieu du culte y existe depuis 1275. Une charte de l'évêque de Cambrai autorise l'abbesse de Ghislenghien, seigneur du lieu, d'y célébrer les offices;

En 1697, le chœur est tellement délabré qu'il est impossible d'y dire la messe. Les paroissiens demandent à l'évêque, collateur, et à l'abbesse, décimateur, d'effectuer les travaux nécessaires mais.
ceux-ci fuient leur devoir.

Un compte de 1747 montre toutefois que les toitures du chœur et de la sacristie ont été réparées.

En 1758, les habitants désirent démolir et reconstruire l'église. L'évêque et l'abbesse font attester par des experts que le chœur est en bon état. Ils les somment de ne faire aucun travail qui puissent amener à devoir intervenir sur le chœur. Cette partie de l'église est en effet à leur charge. Elle est rebâtie en briques en 1759, en style classique


                  

Elle devient paroisse indépendante en 1851.

Elle est restaurée et améliorée en 1913. Elle est agrandie d'une travée ouest. La façade et l'entrée sont reconstruites, une porte latérale est percée dans le mur sud (côté rue). L'ancien clocher est supprimé et une nouvelle tour accolée au chœur. La sacristie qui se trouvait à l'arrière du chœur est reconstruite côté nord. Deux portails surmontés de frontons triangulaires sont percés, l'un dans la façade principale, l'autre dans le pignon côté rue.

Au début des travaux, l'ancien cimetière qui entourait l'église, est démantelé. Son mur d'enceinte est abattu.

                

                                                                       



Saint-Martin est le Saint-Patron de la paroisse mais c'est surtout Saint-Servais qui y était vénéré.

"Avant la première guerre mondiale, le quinze mai, il était exposé au milieu de l'église. Munis d'un bâton, les fermiers venaient endéans les neufs jours, l'invoquer, lui demandant de protéger leur cheptel. Les pèlerins faisaient le tour de l'église : trois fois à l'extérieur, trois fois à l'intérieur, trois fois autour du "Saint". Ils faisaient le signe de la croix sur le pied de la statue avec leur bâton. Ce bâton, ils le déposaient ensuite à l'entrée de leur étable, leur écurie".


                        
 
Par la suite, la statue est placée dans la nef latérale sud. On ne fait plus le tour mais des cierges sont allumés par les pèlerins. Ceux-ci emporte une carte souvenir qu'ils placent dans l'étable, parfois accompagnée d'une branche de buis;


Le mobilier :
--> trois autels en chêne, 18ème
--> un Christ en croix polychrome, 18ème

--> une charité de Saint-Martin, 18ème           
--> une statue baroque de Saint-Martin du 18ème (elle a été dérobée et remplacée par une pièce restaurée par le Père Dominique, prieur de la Communauté monacale d'Herchies)
--> une statue baroque de Saint-Joseph du 18ème  
--> une statue de Saint-Servais du 16ème
--> une Sainte-Anne et une vierge espagnole du 19ème


        


--> dans le pavement, des dalles funéraires du 18ème



        


     



Saint-Martin

                   

Né à Sabria, en Pomonie (Hongrie actuelle), vers 345, il suit à Rome son père tribun.

Dès l'âge de 15 ans, il est enrôlé dans les armées romaines et part en Gaule.

Le fait le plus célèbre de cette époque, c'est sa rencontre avec un pauvre grelottant de froid.
Il taille son manteau ou chape *avec son épée et en donne une part au mendiant ( le manteau étant payé pour moitié par l'armée, Martin considère qu'il ne peut donner la moitié qui appartient à l'état). La nuit suivante, il voit Jésus-Christ vêtu de son manteau qui dit à ses Anges : "C'est Martin, encore simple catéchumène, qui m'a couvert". Peu de temps après, il reçoit le baptême à Amiens. Il obtient  son congé à 20 ans.

Il rencontre Saint Hilaire, évêque de Poitiers.

Il fonda le monastère de Ligugé, près de Poitiers, le premier en Gaule. En 370-371, il devient évêque de Tours.

Il est l'artisan de l'apostolat en Gaule (activité de propagation de la foi).

Il est mort le  8novembre 397 à Candes-Saint-Martin et est enterré le 11 novembre à Tours

*Cette chape (en latin "capa")  a été conservée dans un sanctuaire appelé capella. De capella, on a fait chapelle (un petit bâtiment ou une pièce attenant à une nef d'église et contenant un autel). 
  
Il est le patron des tailleurs, des fourreurs, des drapiers et bien sûr des mendiants.

Prière à Saint-Martin

Grand Saint-Martin, pour ton geste de charité envers les pauvres, tu as été choisi par le Seigneur pour être un grand dispensateur de ses grâces et de ses bienfaits : et, dans sa miséricorde, tu as été établi comme patron de la paroisse d'Erbisoeul.

C'est pourquoi nous te prions avec confiance. Que par ton intercession, nous puissions préserver avec plus de ferveur dans le service du Seigneur, pour la gloire de son Nom, le salut de nos âmes et le bonheur de nos frères.

Protège-nous des dangers de ce monde : nous te le demandons spécialement pour tous les jeunes de la paroisse.

Fais qu'après le cours de cette vie, nous puissions louer et bénir le Seigneur avec toi et tous les Saints du Ciel. Amen

Saint-Martin priez pour nous.

Saint-Martin bénissez nos enfants
Saint-Martin protégez notre paroisse.

Retour haut de page

   
                         
     Saint-Patron
    
Historique de l'église
   
Patrimoine religieux : chapelles, calvaires, etc...
   
Erbisoeul