A l'opposé, l'abside est monumentalisé par la présence du mausolée de la famille d'Antelot, seigneur d'Hembise depuis 1693.

De style néo-classique, le monument funéraire de 1860 contient un Christ en croix, protégé par une grille.

L'église                   


L'église paroissiale est un édifice en moellons équarris, surmonté d'une flèche à six pans et entourée d'un cimetière emmuraillé. Le cartouche au-dessus du portail le date de 1768; Ce dernier présente une baie d'imposte à la menuiserie ancienne. A l'intrados de l'arc, un bas-relief de style Louis 16 illustrant la légende de Saint-Martin provient de l'église antérieure.

                                


                  


                    

  


Mobilier :
-->  des statues en bois du 17ème et 18ème


            

    
Saint-Vincent de Soignies                                             Saint-Roch


-
->  Notre-Dame des sept Douleurs et une Vierge habillée à l'espagnole sont des polychromes du 18ème

              


--> 
fonts baptismaux en gothique, de type hennuyer, en pierre du 16ème

             

-
->  une toile de Nicolas Lesage "Parenté de la Vierge"
-->  trois autels à portiques en bois sculpté et peints du 17ème et 18ème
-->  groupe en bois (Charité de Saint-Martin) du 15ème


                                     
-
->  mobilier du 18ème

Le presbytère de style tournaisien date de 1774.


Patrimoine religieux

Potale Saint-Joseph

La petite potale dédiée à Saint-Joseph placée à l'entrée d'Hembise, rue de Montignies, est entourée de deux platanes. Flanquée d'un buis, elle est de tradition classique bien que datée de 1913.

Chapelle Notre-Dame de Tongres

Une autre potale se distingue par son aspect coloré et par son insertion surprenante dans le corps de la ferme Beaumez, à la limite de Lombise (rue de Cambron,47). Elle date de la fin du 18ème et est dédiée à Notre-Dame de Tongres. Elle occupe une vaste niche logis peinte en rouge, rehaussée de couleur jaune et rouge et fermée par une grille. L'édifice est greffé de deux petits lanternons métalliques et daté de la fin du 18ème.

                                   


Chapelle Saint-Donat

Entre deux marronniers, la chapelle Saint-Donat n'est plus guère qu'un "tableau" dans un cadre de briques.
Elle se trouve dans les environs de la rue de Cambron.

Potale de la cure

                          
           

     
Saint-Martin
                                               
Né à Sabria, en Pomonie (Hongrie actuelle), vers 345, il suit à Rome son père tribun.

Dès l'âge de 15 ans, il est enrôlé dans les armées romaines et part en Gaule.

Le fait le plus célèbre de cette époque, c'est sa rencontre avec un pauvre grelottant de froid.
Il taille son manteau ou chape *avec son épée et en donne une part au mendiant( le manteau étant payé pour moitié par l'armée, Martin considère qu'il ne peut donner la moitié qui appartient à l'état). La nuit suivante, il voit Jésus-Christ vêtu de son manteau qui dit à ses Anges : "C'est Martin, encore simple catéchumène, qui m'a couvert". Peu de temps après, il reçoit le baptême à Amiens. Il obtient  son congé à 20 ans.

Il rencontre Saint Hilaire, évêque de Poitiers.

Il fonde le monastère de Ligugé, près de Poitiers, le premier en Gaule. En 370-371, il devient évêque de Tours.

Il est l'artisan de l'apostolat en Gaule (activité de propagation de la foi). Il est mort
le  8 novembre 397 à Candes-Saint-Martin et est enterré le 11 novembre à Tours.

*Cette chape (en latin "capa")  a été conservée dans un sanctuaire appelé capella. De capella, on a fait chapelle (un petit bâtiment ou une pièce attenant à une nef d'église et contenant un autel). 
  
Il est le patron des tailleurs, des fourreurs, des drapiers et bien sûr des mendiants.


   
                         
     Saint-Patron

     Historique de l'église
   
Patrimoine religieux : chapelles, calvaires, etc...
   

     
Cambron-Saint-Vincent